L’oeil – la chambre de la vision

Contenu dans l’orbite, l’œil est constitué du globe oculaire et de ses annexes (paupières, glandes lacrymales, …). Sa fonction est de recevoir la lumière et de la transformer en message nerveux qui est transmis au cerveau par le nerf optique. Il fonctionne comme un appareil photographique.

Les trois tuniques du globe oculaire
La tunique externe, les liquides qui la nourrissent et la protègent
La tunique externe comprend la sclérotique et la cornée.
La sclérotique donne à l’œil sa couleur blanche et le protège.
La cornée est la principale lentille de l’œil. Elle se laisse traverser par les rayons lumineux en leur faisant subir un changement de direction : c’est le phénomène de réfraction. La cornée assure environ 80 % de la réfraction.
Elle est nourrie par l’humeur aqueuse et elle est en permanence humidifiée par les larmes, sécrétées par les glandes lacrymales réparties par le battement des paupières.

La tunique intermédiaire ou uvée
Elle est constituée de l’iris , du corps ciliaire et de la choroïde.
L’iris fait varier l’ouverture de la pupille (entre 2,5 et 7 mm) afin de réguler la quantité de lumière qui pénètre dans l’œil.
Cela évite l’aveuglement en plein soleil, et permet de capter le peu de rayons la nuit. L’iris donne à l’œil sa couleur.
Le corps ciliaire prolonge l’iris en arrière et rejoint la choroïde.
La choroïde  est une couche vasculaire : elle est très riche en vaisseaux sanguins afin de nourrir les photorécepteurs de la rétine.
Elle est imprégnée d’un pigment noir, la mélanine, qui transforme l’intérieur de l’œil en chambre noire. Elle absorbe les rayons lumineux inutiles pour la vision.

La tunique interne
La tunique interne ou rétine est la couche sensible à la lumière grâce aux photo-récepteurs (les cônes et les bâtonnets) qu’elle contient.
Les bâtonnets, environ 130 millions, sont situés en périphérie et sont très sensibles à la lumière. Ils permettent la vision nocturne. Les cônes, environ 5 à 7 millions, sont situés au niveau de la fovéa, partie la plus sensible de la rétine. Ils permettent la vision de jour et sont très sensibles aux couleurs.

Les muscles de l’œil
Les muscles oculomoteurs
Six muscles oculomoteurs, fixés à l’extérieur de la sclérotique, permettent les mouvements de l’œil dans l’orbite. Un septième commande la paupière supérieure.

Muscle droit supérieur (mouvement vers le haut, vers l’intérieur et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre)
Muscle droit inférieur (mouvement vers le bas, vers l’intérieur et dans le sens des aiguilles d’une montre)
Muscle droit interne (mouvement vers l’intérieur)
Muscle droit externe (mouvement vers l’avant)
Petit muscle oblique (mouvement vers le haut, vers l’extérieur et dans le sens des aiguilles d’une montre)
Grand oblique (mouvement vers le bas, vers l’avant et dans le sens inverse des aiguilles d’une montre)

Les muscles ciliaires
À la limite de l’iris et de la choroïde, ils font varier la convergence du cristallin : en modifiant ses courbures, le cristallin rend possible la focalisation de la lumière sur la rétine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *