Archives par mot-clé : désir sexuel

Le désir sexuel après la quarantaine ?

Le désir sexuel après la quarantaineLe placenta avait de multiples vertus pour revitaliser l’organisme. On l’utilise en implant pour traiter la baisse du désir sexuel chez la femme. En effet, souvent, celle-ci ressent une baisse de son désir sexuel vers quarante-cinq ans environ. C’est l’âge des prémices de la ménopause, d’une certaine fatigue générale, d’un état dépressif qui ne porte guère à l’épanouissement de la sexualité. C’est à ces femmes, qui par ailleurs ne souffrent d’aucune pathologie et d’aucun trouble psychique (véritable dépression), que l’implant placentaire s’adresse. Le produit, depuis longtemps utilisé en cure de revitalisation globale, est depuis peu employé pour traiter les baisses de libido (désir et énergie sexuels). Dans cette indication, son efficacité est d’autant plus intéressante qu’il n’existait jusqu’à aujourd’hui aucun traitement de ce genre de troubles chez la femme.

Les effets du placenta.
Lors d’une grossesse, le placenta joue de multiples rôles, puisque c’est grâce à lui que le bébé reçoit nourriture et oxygène. à partir du troisième mois, il prend également le relais des ovaires et fonctionne comme une véritable glande endoctrine en secrétant les hormones féminines (œstrogènes et progestérone). Ce rôle hormonal, joint au fait qu’il est composé de cellules vierges et jeunes, lui assure une action rapide et de longue durée, contrairement aux hormones prises sous forme de médicaments. En fait, il «stimule» des cellules déjà existantes, en leur redonnant un «coup de jeunesse».
Son effet rayonnant sur l’ensemble de l’organisme présente de multiples avantages. Il améliore la circulation et particulièrement l’irrigation du cerveau. Cette action permet de traiter l’état de fatigue générale, le ralentissement des facultés intellectuelles et physiques qui génèrent la baisse du désir sexuel. Par cette stimulation de la vascularisation, Il agit aussi spécifiquement sur les organes génitaux. Il relance l’irrigation des muqueuses et assure une meilleure lubrification vaginale. Enfin, il stimule le système immunitaire. Or, on sait qu’après la quarantaine, les femmes deviennent plus sensibles aux agressions microbiennes et virales. En agissant sur la production d’anticorps, il garantit une meilleure santé sans laquelle il ne saurait y avoir de bonne sexualité. L’implant redonne une libido qui existait déjà, mais qui a peu à peu disparu. Pour plus d’efficacité, il doit être posé tôt, avant que de réelles difficultés n’apparaissent dans le couple.

Une intervention brève.
Le placenta utilisé en cure de revitalisation, comme en traitement de la baisse de libido, est d’origine humaine. Une fois prélevés, les extraits sont immédiatement lyophilisés puis réfrigérés à moins 75 degrés. Cette méthode de conservation leur assure une parfaite tolérance par l’organisme humain. Il n y a par conséquent aucun phénomène de rejet.
Dans la pratique, la pose d’un implant nécessite toujours préalablement un bon examen clinique et des recherches complémentaires (analyses sanguines) qui doivent écarter tout risque d’une éventuelle maladie.
La pose elle-même n’excède pas une demi-heure. Après une anesthésie locale, le médecin pratique une petite incision d’un à deux centimètres immédiatement au-dessus du pubis et y glisse l’implant qui se présente sous la forme d’une petite capsule. Une semaine après, il ôte les fils, la cicatrice est parfaitement invisible.
L’effet de l’implant se fait sentir immédiatement et dure au moins pendant une durée de six mois. Pour la majorité des cas traités, l’intervention n’aura pas besoin d’être renouvelée. En effet, la réapparition du désir, la fréquence accrue des rapports sexuels et le plaisir qu’ils ont procuré sont les meilleurs garants d’un épanouissement sexuel durable.