La circulation du sang – le grand flux de la vie

La circulation sanguine apporte à toutes les cellules de l’organisme la chaleur, l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin. Elle permet également d’éliminer les déchets qu’elles produisent. Les artères partent de la pompe centrale, le cœur, alors que les veines y reviennent. Le cœur alimente ainsi une petite circulation entre lui et les poumons, et une grande circulation entre lui et le reste du corps.

Le cœur, pompe du corps
Les battements du cœur
Le cœur se contracte (systole) en permanence pour chasser le sang de ses ventricules vers les artères de la petite et de la grande circulation. Puis le muscle cardiaque se détend et le cœur se remplit (diastole). Chaque contraction cardiaque est perceptible au niveau du pouls.

Le débit cardiaque
Deux facteurs permettent de faire varier le débit cardiaque : la fréquence des battements ou pulsations et le volume de sang éjecté à chaque contraction du cœur.
• Au repos, le cœur propulse chaque minute 5 à 6 litres de sang dans l’aorte, un flux qui se répartit ensuite entre les différentes artères.
• À l’effort, ce débit peut atteindre 20 l/mn chez l’adulte peu entraîné et jusqu’à
35 l/mn chez le sportif de haut niveau.
On peut observer qu’à l’effort, le débit sanguin du cerveau est préservé alors que les reins et les organes abdominaux perdent une partie de leur irrigation au bénéfice des muscles.

La régulation du débit
La fréquence des battements cardiaques est contrôlée par le système nerveux végétatif, renseigné par de nombreux capteurs répartis dans les artères et les différents organes. Une baisse du niveau sanguin d’oxygène et une augmentation du taux de gaz carbonique (liés ou non à l’effort), une émotion accélèrent le rythme cardiaque et orientent le flux sanguin vers les organes prioritaires. Seul le cerveau reçoit un débit sanguin constant : la moindre baisse provoque un malaise ou une perte de conscience.

Le circuit sanguin
Un réseau hiérarchisé
Les artères sont de plus en plus fines en s’éloignant du cœur. Au niveau terminal, dans les différents organes, elles perdent leur élasticité naturelle et deviennent des capillaires sanguins, d’un diamètre de quelques microns seulement. Les capillaires se regroupent en veinules, puis en veines de plus en plus grosses qui remontent le sang jusqu’au cœur. Les veines des membres inférieurs sont équipées de valves anti-retour qui empêchent le sang de retomber vers les pieds en position debout.

Le sang, une zone d’échanges vitaux
Dans la grande circulation, le cœur chasse vers les artères un sang riche en oxygène qui va alimenter tous les tissus. Il contient aussi des éléments nutritifs, dont le glucose et les acides gras, provenant de la digestion.
Les tissus prélèvent dans le sang oxygène et nutriments, ils y relâchent du dioxyde de carbone (gaz carbonique) et des déchets : urée, créatinine, acide lactique par exemple. Ces déchets seront éliminés lors du passage du sang par les reins. Ces échanges prennent place dans les nombreux vaisseaux capillaires, spécialement percés de trous permettant de laisser sortir ou entrer les éléments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *